2008 La voie de Vézelay

Publié le par lechemindalbert

divers2008 022En 2008, je suis parti le 15 mars de Vézelay. j'ai suivi le chemin de la voie de Vézelay par Bourges en 66 jours. J'ai connu le froid, la neige, le raz le bol à Limoges sous une pluie battante, avec envie de renoncer car je ne trouvais pas l'entrée de la cathédrale qui se trouvait en travaux. Gelé et trempé, j'ai trouvé la gare en vue de rentrer. Mais une fois réchauffé et après avoir fait le point, je suis finalement reparti sur le chemin sans faire de halte à Limoges.

J'ai rencontré un pélerin qui démarrait de Gargeles pour la semaine sainte jusqu'à Limoges, son domicile. Nous nous retrouvions tous les soirs dans les hébergements pour manger. Ce monsieur d'une quarantaine d'année disait : "moi je suis riche, je ne suis pas comme Albert". Le plus désolant est que, lorsque nous sommes arrivés à Limoges, ce monsieur "pélerin" n'a même pas eu l'idée de m'inviter à prendre un verre.

 

numérisation0001 Deuxième rencontre avec une pélerine au camping de Thiviers (périgord) où se trouvent des petits chalets réservés aux pélerins, Béatrice, âgée de 63 ans, solitaire sur le chemin comme moi. Nous nous retrouvions tous les soirs aux accueils pélerins, jusqu'à St Jean Pied de Port.

 

A St Ferme (33), nous avons dormi au Chateau La Rigalle. Le monsieur de 83 ans nous a reçu en chambre d'hote. Il nous a raconté qu'il ne roulait que sur ses terres. Au repas du soir, notre hote nous a dit : "Vous ne boirez pas de mon vin car je vends le raisin en coopérative et je bois du vin...... espagnol "!!! Quel dommage !! car un petit bordeau aurait fait du bien à mes gambettes ! Il ajouta "je ne bois que 3 verres de vin par jour". Il me servit un verre de vin et se servit aussi dans une timbale en argent, de son baptème, qui était noire de tanin du vin ! Il prend son premier verre de vin avant de déjeuner, ses comprimés et enfin le café. Quelle santé ! Pour l'anecdote, la maitresse de maison se prit d'un fort éternuement lors du déjeuner postillonnant sur toute la table et Béa n'a rien pu avaler cette fois là !!

Un soir, arrivés à Issoudun, Béatrice avait besoin de ressemeler ses chaussures. Nous trouvons une cordonnerie, fermée pour retraite, mais avec de la lumière à l'intérieur. Nous décidâmes de pousser la porte. Un cordonnier de 73 ans, portant un tablier de cuir, se trouvait là. Béa lui montre ses chaussures. Celui ci lui dit : "Je suis en retraite mais il faut bien s'occuper !" Pendant ce temps, je trouve un petit papier sur le comptoir et je me mets à concevoir un petit bateau en papier plié. Lorsque Béa est allée rechercher ses chaussures 2 heures plus tard, le cordonnier avait fait lui aussi du pliage : une cocotte en papier !!! en échange du bateau.  Elle m'a rapporté la cocotte et j'ai été vraiment  très touché de cette marque de sympathie.

Nous nous sommes perdus de vue à Roncevaux car nous trouvons beaucoup d'hébergements (albergues) en Espagne.

A Roncevaux, j'ai été surpris de ne trouver qu'un gite pélerins très important, deux hotels et une église. Aucune habitation ! et j'étais parti sur le Camino Frances.

J'ai également rencontré une vieille dame espagnole qui revenait avec ses quelques vaches et qui m'a demandé de lui donner mon baton de pélerin. J'ai essayé de lui faire comprendre que je ne pouvais le lui donner car j'en avais besoin pour marcher ! Elle me proposa alors de me l'acheter. Je suis tout de même reparti avec mon baton en lui faisant de grands signes de la main, en culpabilisant un peu de n'avoir pas pu lui donner ce baton qui était mon compagnon de route.

La traversée de l'Espagne est réjouissante pour les yeux. La nature est magnifique ! La faune, la flore.....

Les espagnols sont très respectueux du pélerin, aimables, serviables. J'en ai croisé qui se signait sur mon passage : une dame sortant de chez elle, a fait un signe de croix me voyant passer. De plus, les espagnols n'hésitent pas à montrer le chemin si on est perdu.

Voici un petit résumé du Chemin d'Albert de Vézelay à Compostelle, chemin qui lui a donné envie de parcourir d'autres chemins....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

roguidine 24/10/2012 18:43

Bonjour,
Je suis de Limoges et j'ai lu votre périple sur le chemin de Compostelle, apparemment pas formidable!!!! il y a des moments comme ça dans la vie.
C'est bien d'avoir continué, bravo